Skip to content

Fondation Anna Lindh: Les sociétés euro-méditerranéennes victimes du ‘choc de l’ignorance’

21 septembre 2010

Un Rapport de la Fondation Anna Lindh sur les relations entre les cultures révèle une augmentation des interactions entre les populations à travers l’Europe et la Méditerranée mais aussi un fossé dans les perceptions mutuelles.
Les habitants de l’Europe et du Sud et de l’Est de la Méditerranée sont victimes de perceptions déformées et stéréotypées les uns des autres, selon un nouveau rapport sur les défis et les relations culturelles dans la Région. Le Rapport, intitulé ‘Tendances Interculturelles Euro-Med 2010’, se base sur la toute première enquête d’opinion réalisée par l’Institut Gallup sur les Tendances et Valeurs Interculturelles, sur un échantillon de 13 000 habitants de la région.

Le Rapport, qui a mis deux ans à voir le jour, a impliqué des experts venant de 22 pays, sous la coordination de la Fondation Anna Lindh.

S’exprimant à l’occasion du lancement officiel du Rapport  à Bruxelles, dans le cadre de la Présidence belge de l’Union Européenne, Stefan Fule, Commissaire Européen pour l’Elargissement et la Politique de Voisinage, a décrit le lancement du Rapport comme “un moment fort dans le travail commun réalisé dans les relations euro-méditerranéennes”, ajoutant que: “Pour la première fois, nous disposons d’un instrument scientifique qui permettra aux décideurs politiques, aux faiseurs d’opinions et à la société civile de mieux comprendre et adresser les réalités politiques, humaines et culturelles auxquelles nous faisons face lorsqu’il s’agit de construire une Région partagée”.

Parmi les principaux résultats, l’enquête révèle que, bien qu’une personne sur trois/quatre des deux côtés de la Méditerranée ait eu l’opportunité de rencontrer durant l’année passée des habitants d’autres pays de la Région, la méconnaissance et les perceptions erronées demeurent entre les populations, en particulier en ce qui concerne la perception des systèmes de valeurs de l’Autre. Toujours selon l’enquête, près de six personnes interrogées sur dix venants du Sud et de l’Est de la Méditerranée pensent que les parents européens accordent une importance majeure à apprendre à leurs enfants à vivre de manière indépendante (57%), et (44%) d’entre eux voient également l’enseignement de la curiosité comme une valeur d’importance chez leurs voisins européens. Cependant, seulement un européen sur cinq a mentionné l’indépendance en premier ou second lieu (19%) comme une des valeurs clés dans l’éducation de leurs enfants, et seulement (13%) ont mentionné la curiosité.

D’un autre côté, seul un quart des personnes interrogées venant du Sud et de l’Est de la Méditerranée pensent que les Européens enseignent le respect à l’égard des autres cultures à leurs enfants, (17%) pensent que la solidarité familiale est importante pour les Européens, et (14%) pensent que les parents enseignent l’obéissance à leurs enfants. (58%), (56%) et (24%) des Européens interrogés, néanmoins, ont placé ces valeurs en première ou en seconde position dans l’ordre des valeurs qu’ils enseignent à leurs enfants. Les Européens émettent également des jugements erronés sur leurs voisins quand il s’agit des valeurs transmises aux enfants, en particulier en sous-estimons l’importance de la croyance religieuse pour les peuples du Sud et de l’Est de la Méditerranée qui fut à la tête de leurs priorités avec (62%). Les Européens ont également sous-estimé l’importance de la curiosité (7% contre 19%), de l’indépendance (14% contre 20%), et de l’obéissance (28% contre 35%) dans l’éducation des enfants des pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée. Les treize pays euro-méditerranéens concernés par l’enquête d’opinion Anna Lindh/Gallup 2010 étaient: l’Allemagne, la Bosnie-Herzégovine, l’Egypte, l’Espagne, la France, la Grèce, la Hongrie, le Liban, le Maroc, le Royaume Uni, la Suède, la Syrie, et la Turquie.

Le Rapport Anna Lindh 2010 vise à servir d’outil d’action entre les mains des institutions, de la société civile, des gouvernements, des médias et de tout individu engagé dans l’amélioration des relations entre les cultures.

En s’appuyant sur les conclusions de l’enquête et sur les analyses du Rapport, un certain nombre de directives et de propositions ont été formulées, dont voici un aperçu ci-dessous :

• Investir dans l’apprentissage interculturel. Soutenir la conception de nouvelles approches interculturelles au sein des programmes scolaires et au travers de l’éducation informelle, dans le but de développer et de stimuler la pensée critique, l’empathie et la curiosité, et en se basant sur les résultats du Rapport concernant les valeurs familiales. Des mesures spécifiques sont également proposées afin de sensibiliser les enfants à la ‘Carte Euro-méditerranéenne des Valeurs’ et à l’importance des religions à travers la Région tel que révélé dans l’enquête

• Soutenir les médias dans l’amélioration de la connaissance et du respect. Comme souligné dans l’analyse qualitative du rapport, le soutien de nouveaux format de productions médiatiques et de divertissement, comme les films, les récits de vie réelle ou des concours, peut aussi être un instrument utile pour atteindre le public au sens et pour promouvoir la diversité et la richesse des sociétés euro-méditerranéennes en fournissant des exemples de coexistence interculturelle. En parallèle, il est important d’investir dans une gestion plus efficace des médias avec la nomination de médiateurs interculturels, en investissant dans des bourses d’études pour les jeunes journalistes ainsi qu’en recrutant un personnel de la rédaction représentant les différents segments de la société.

• Soutenir la dimension interculturelle au des espaces urbains. Alors que les résultats du Rapport montrent une augmentation des opportunités de rencontres, ainsi qu’un intérêt et une sensibilisation accrus parmi les populations urbaines, l’importance de soutenir les échanges interculturels et les approches transnationales sont considérées comme essentielles dans le développement d’une ouverture d’esprit culturelle dans le contexte urbain. Faciliter les échanges entre les institutions locales ou régionales de divers pays de la Région en se concentrant sur la mise au point de directives pour une culture du pluralisme, du respect et de l’échange entre les individus et les communautés présentes dans la cité.

• Développer les outils pour une interaction de qualité. S’assurer de la qualité, plus que de la quantité des échanges interculturels et investir davantage dans les outils innovants pour améliorer les connaissances interculturelles des personnes. Le Rapport dresse un inventaire des programmes et des outils existants qui pourraient être maximisés dans les efforts pour créer le dialogue. Les habitants de la Région doivent saisir l’importance des compétences interculturelles, et l’organisation d’un événement annuel sur le dialogue interculturel, qui se déroulerait à travers la région euro-méditerranéenne, pourrait contribuer à sensibiliser les populations dans ce sens.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :