Skip to content

Tunisie : arrestation d’un journaliste de l’opposition

3 novembre 2009
tags:

Taoufik Ben Brik TunisieUn journaliste tunisien, Taoufik Ben Brik, connu pour ses articles critiques à l’égard du président Zine el-Abidine Ben Ali, a été arrêté jeudi 29 octobre, rapporte l’organisation Reporters sans frontières (RSF).

« Le journaliste Taoufik Ben Brik a été arrêté alors qu’il était convoqué à 10 heures pour la prétendue agression d’une femme dans la rue la semaine passée. Tout porte à croire qu’il s’agit d’une affaire montée de toutes pièces par les autorités pour inquiéter le journaliste », explique RSF dans un communiqué.

A la veille de l’élection présidentielle, le 24 octobre 2009, Ben Ali avait averti que la loi serait « appliquée contre quiconque émettra des accusations ou des doutes concernant l’intégrité de l’opération électorale, sans fournir de preuves concrètes ». La veille, un autre journaliste indépendant, Slim Boukhdhir, a été agressé par cinq hommes en civil alors qu’il venait de dénoncer au micro de la BBC l’impossibilité pour les journalistes indépendants de faire leur travail.

« SILENCE ASSOURDISSANT »

Les Verts ont demandé jeudi la libération immédiate de Taoufik Ben Brik. Ils relèvent qu’« en moins d’une semaine, trois journalistes ont été arrêtés en Tunisie » et s’« étonnent du silence assourdissant des ministres français concernant ces arrestations arbitraires ».

Marie-George Buffet a elle aussi demandé à Nicolas Sarkozy d’intervenir auprès des autorités tunisiennes pour que deux autres figures de l’opposition, l’avocate Radhia Nasraoui et le secrétaire général du Parti communiste ouvrier de Tunisie Hamma Hammami, « soient respectés dans leur droits de citoyens ». Selon la FIDH, « Hamma Hammami a été violemment agressé à l’aéroport de Tunis le 29 septembre à son retour de France, où il a donné plusieurs interviews appelant au boycott des élections. »

Dans un courrier rendu public jeudi, la secrétaire nationale du PCF déplore pour sa part que Nicolas Sarkozy ait félicité le président tunisien Ben Ali pour sa réélection, comme l’a rapporté l’agence gouvernementale TAP. « Je regrette vivement que les plus hautes autorités françaises fassent le choix de féliciter un chef d’Etat ‘élu’ par la manipulation et par la peur dans un contexte où la liberté d’expression et d’association est étouffée », écrit Mme Buffet.

  Source: Le Monde.fr  du 29.10.2009 (avec AFP)

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :